Créer des sous-titres de qualité sur vos vidéos


Afin de faire suite à mon article sur : 3 raisons majeures de sous-titrer une vidéo, voici maintenant un guide pour créer des sous-titres professionels sur vos vidéos!


Le sous-titrage (semi) automatique.


J’insiste sur le semi, car quelque soit la solution utilisée, il faudra toujours corriger la génération de sous-titres. En effet, selon les régions, l’accent d’une personne change énormément, et le traducteur peut confondre un mot avec un autre, et donc rédiger une phrase complètement incompréhensible à la sortie.

La création automatique de sous-titre n’est donc pas à considérer comme une solution finale, mais bien une solution pour accélérer la création de sous-titres.

Une solution de sous-titrage rapide et économique : Youtube


Youtube permet depuis 2008 d’ajouter des sous-titres à ses vidéos via un gestionnaire de sous-titres intégrés.
S’il permet d’accélérer le processus, plusieurs problématiques sont à prendre en compte et il faudra ajouter à la main des indications supplémentaires : préciser entre crochets lorsque de la musique est jouée, lorsqu’un téléphone sonne, etc…

Ces descriptions sont importantes : en effet, elles ajouteront des informations que les personnes sourdes ou malentendantes ne pourraient comprendre sans ces détails.

Pour se faire, une fois votre vidéo uploadée sur Youtube, il vous faudra aller dans le menu de modification de vidéo (version bêta de youtube studio, le bouton en haut à droite)

Capture d'écran de Youtube, onglet modification de vidéo

Vous pourrez alors sélectionner le menu transcription à gauche de l’écran et choisir la vidéo à sous-titrer. Pensez à bien entrer la langue utilisée pour le sous-titrage!

Capture d'écran de Youtube, onglet transcription


Il vous faudra alors choisir : “transcrire et synchroniser automatiquement” ou “créer des sous-titres”.
Dans notre cas de figure, je conseille de choisir d’abord “transcrire et synchroniser automatiquement”.

Lorsque Youtube aura terminé la transcription, vous pourrez alors aller la corriger via l’options “créer des sous-titres”.

Capture d'écran de Youtube, onglet gestion des sous-titres

Vos sous-titres apparaissent sous forme de liste à gauche de l’écran. Il est possible d’ en ajouter, (bouton +), de les supprimer ou de les modifier en cliquant directement dessus.

Vous les retrouvez également présents sous la vidéo, sous forme de timeline. Vous pouvez alors les sélectionner, les allonger, les raccourcir, ou les changer de place afin de les synchroniser correctement, par simple cliquer-déposer.

Il est aussi possible de changer leur longueur de temps de manière plus précise, via la liste de gauche, en cliquant directement sur les valeurs de temps, présentes sous cette forme : 00:00:00.

Capture d'écran de Youtube, onglet gestion des sous-titres : pendant la création d'un sous-titre

Si vous êtes déjà passé par un professionnel pour concevoir vos sous-titres, il vous a certainement confié un fichier .srt.
Ce format spécifique, permet aux applications capables de le lire, de synchroniser et retranscrire le contenu vocal d’une vidéo. C’est un fichier de transcription.

Si vous en possédez un, vous pourrez directement l’importer sur Youtube en choisissant importer un fichier > transcription au lieu de choisir “transcrire et synchroniser automatiquement”.

Capture d'écran de Youtube, onglet gestion des sous-titres > importer un fichier” class=”wp-image-684″/></figure></div>



<p>Enfin, vous n’aurez plus qu’à publier votre vidéo. Les sous-titres seront activables grâce à la roue crantée située en bas à droite de la vidéo. Si la vidéo est transcrite en plusieurs langues, l’utilisateur pourra également choisir sa langue : </p>



<div class=
Capture d'écran de Youtube, côté utilisateur, avec le menu activer les sous-titres ouvert



  • Avantage de cette façon de procéder : elle est assez rapide
  • Inconvénient : Elle demande cependant un temps de relecture et de correction conséquent.


Vous avez parlé de fichier .srt?


Oui, ce format de fichier est le plus communément utilisé pour les transcriptions. Lisible par de nombreux médias (Youtube, Viméo, Facebook), compatible avec plusieurs logiciels de transcription vocale également.

Il est possible de les créer “manuellement”.
Un fichier .srt peut être ouvert avec un simple logiciel de traitement de texte. Il ressemble alors à ceci :

1
00:00:00,010 --> 00:00:10,490
Je vais vous parler d'accessibilité

2
00:00:10,490 --> 00:00:11,570
numérique, j'ai fait une

3
00:00:11,570 --> 00:00:12,350
présentation assez

4
00:00:12,350 --> 00:00:14,970
basique et générale


Créer des sous-titre et un fichier .srt à la main.


Ouvrir un outil de texte, et rédiger les sous-titres en rentrant manuellement les valeurs de temps, en reprenant l’exemple donné précédemment :

1
00:00:00,010 --> 00:00:10,490
Je vais vous parler d'accessibilité numérique,

2
00:00:10,490 --> 00:00:11,570
j'ai fait une présentation

Chaque sous titre doit être espacé du précédent par un saut de ligne.
Essayez au possible de ne pas couper les phrases en plein milieu, afin de garder une bonne cohérence et une bonne lisibilité dans votre document.
Dans l’extrait ci dessus, vous pouvez voir que j’ai corrigé les précédents sous-titres afin d’améliorer la lisibilité de ceux-ci.

Une fois votre transcription achevée, enregistrez votre fichier au format.srt


Vous pouvez tester vos sous-titres sur l’outil gratuit de lecture vidéo
VLC en passant par le menu : sous-titres, importer un fichier. Vous pourrez alors directement voir votre vidéo avec ses sous-titres.

Capture d'écran du logiciel VLC



  • Avantage de cette méthode : vous êtes complètement maître de votre transcription.
  • Inconvénient : cette méthode est longue, fastidieuse, et demande des connaissances pour gérer la temporalité et la synchronisation correcte de vos sous-titres.


Créer des sous-titres via Adobe Première Pro

Capture d'écran du logiciel Adobe Première


Solution toujours manuelle, mais plus pro, le logiciel Adobe Première Pro gère nativement la conception de sous-titres, la création de .srt, leur timecode, etc…

Repérer et corriger les sous-titres est plus simple. Ce logiciel étant professionnel, il prend également en compte la gestion des codes couleurs de transcription, que ne prennent pas en compte les réseaux sociaux.
C’est dans mon cas l’outil que j’utilise afin de transcrire vos vidéos.

Cette solution requière cependant la maîtrise du dit logiciel. Si vous êtes cependant curieux sur la méthodologie utilisée pour sous-titrer sur Adobe Première Pro, je vous invite à visiter le guide d’Adobe concernant le dit sujet.

Je n’ai ni le temps de créer un fichier à la main, ni le temps de transcrire sur Youtube! Que me reste t’il comme solution?


Face au manque de temps, où si vous avez peur de ne pas maîtriser toutes les subtilités du sous-titrage, il reste plusieurs solutions.

  • Des solutions professionnelles. Authôt.com par exemple, est un outil de création de sous-titrages professionnels multilangues qui propose également des traductions de contenu et des relectures de retranscription.
Capture d'écran du logiciel Authôt


Quelques conseils et bonnes pratiques pour bien débuter?

Logo Authôt

Afin de guider et compléter un peu cet article, Amandine, Project manager chez Authôt a accepté de répondre à quelques unes de mes questions.
Un grand merci d’ailleurs, pour l’aide à la complétion de cet article!

Il s’agit de questions qui m’ont été fréquemment posées par des personnes intéressées par la question du sous-titrage dans les vidéos.

Alexandra Guyot


Y-a-t-il des temps à respecter afin de permettre une lecture correcte des sous-titres entre deux affichages de phrases ?

Amandine d'Authôt

Il est conseillé de laisser entre 2 et 5 images entre deux-sous-titres (5 pour un sous-titrage « traditionnel », selon les guides des années 90 de divers chercheurs (voir les travaux de Fotios Karamitroglou) , et 2 pour le sous-titrage plus moderne (voir les guidelines Netflix).

Alexandra Guyot

Combien de caractères maximum conseillez vous par affichage à l’écran ?

Amandine d'Authôt

Nous sommes à 20 caractères par ligne chez Authôt, sans compter les espaces et la ponctuation. Netflix est à 17 et les standards traditionnels citaient plutôt 15. Les chercheurs conseillent 12 à 13 pour le sous-titrage sourd et malentendant, pour que les personnes qui ont des difficultés cognitives (liées à leur apprentissage de l’écrit sans la langue orale) puissent processer les infos.

Alexandra Guyot

Il existe un guide des couleurs de sous-titres afin d’énoncer lorsqu’une langue étrangère est parlée, qu’un bruit se fait entendre, etc… Pouvez vous nous en dire plus sur ce sujet ?

Amandine d'Authôt

Il me semble que les couleurs sont les mêmes dans tous les grands standard télé. Attention, l’usage des couleurs est différent selon le pays (pour ceux qui utilisent ce système). Et cet usage sert à donner des informations aux personnes malentendantes. Je ne crois pas qu’il existe un système de sous-titrage pour entendants avec des couleurs, puisqu’ils ont déjà accès à l’information par le son. On indiquera tout de même une langue étrangère par l’italique, par exemple, mais pas les bruits.

Le sous-titrage destiné aux entendants concerne les sous-titres, disons, traduits (en français pour une série en anglais) ou, par exemple, les sous-titres des vidéos destinées aux réseaux sociaux, que la plupart voient sans son dans les transports. On pourra alors retranscrire les bruits entre crochets, mais je pense que ces vidéos sont produites de sorte à ce que le son ne soit pas nécessaire à la compréhension (interviews, par exemple, type Konbini)

À savoir que tous les standards de sous-titrage sourds et malentendants ne fonctionnent pas par un système de couleurs, notamment dans les pratiques les plus récentes, probablement pour des questions de coût/productivité.

Alexandra Guyot

Lorsque la couleur n’est pas possible, quelles autres alternatives existe-t-il pour sous-titrer une vidéo en la gardant compréhensible ?

Amandine d'Authôt

Concrètement, les sous-titres doivent « simplement » refléter le contenu du discours oral. La garder compréhensible, c’est rester dans les limite des standards (pas trop de caractères par ligne, une vitesse de lecture correcte…) Si de l’information doit être omise pour des questions de clarté ou d’espace, qu’il ne s’agisse pas du plus important.

ex : « Euh, je suis vraiment vraiment très confuse, vous savez » → « Je suis vraiment confuse. »

Alexandra Guyot

Pouvez-vous nous citer des erreurs récurrentes que vous voyez souvent sur les vidéos sous-titrées et qui pourraient être assez facilement évitées ?

Amandine d'Authôt

Il faut faire attention au linebreak :

« J’avais sept ans

Et j’avais fait une liste de jouets »

(BIEN)


« J’avais sept ans et

j’avais fait une liste de jouets »

(MAL)


Les chercheurs indiquent que la lecture est rendue plus complexe par un linebreak non logique des sous-titres ou un découpage arbitraire.

Je ne vois pas d’autres erreurs précises, à part des sous-titres trop long (trop de caractères par ligne, pas assez de condensation)

Alexandra Guyot

Des images en guise de sous-titres, sans passer par un fichier.srt dans une vidéo sont-ils suffisants ?

Amandine d'Authôt

Le désavantage de cette technique est qu’on ne peut plus modifier les sous-titres (et donc proposer des options d’accessibilité, par exemple, comme changer la couleur des sous-titres ou la taille de la police). Mais l’incrustation est souvent nécessaire (pour une publication sur les réseaux sociaux, entre autres).

Alexandra Guyot

Une transcription texte dans un article de blog sous la vidéo, constitue t’elle une alternative suffisante à l’absence de sous-titres dans une vidéo ?

Amandine d'Authôt

C’est une très bonne question. Je dirais que non, mais que c’est déjà ça. Les chercheurs en traduction audiovisuelle passent leur temps à se demander quel est le meilleur moyen pour que les sous-titres ne gênent pas la vision de la vidéo (et manifestement, nous sommes bons en multitasking). Laisser le texte à part signifierait détourner régulièrement et complètement le regard de la vidéo (on est loin des détails de « comment optimiser le sous-titrage »). Ce n’est pas une solution d’accessibilité optimale.

Alexandra Guyot

J’ai entendu parler d’outils dits « accessibles » pour vérifier la pertinence des sous-titres, certaines personnes aveugles les utilisant également pour bénéficier d’informations décrivant des situations.
En connaissez-vous ?

Amandine d'Authôt


Les personnes aveugles et malvoyantes passent par l’audiodescription, qui est un autre processus de traduction audiovisuelle.


Pour aller encore plus loin :

Si vous souhaitez aller plus loin dans la compréhension du sous-titrage et des bonnes pratiques qui y sont liées, je vous invite à regarder cette conférence :


Lien d’origine avec transcription complète :
https://www.paris-web.fr/2011/conferences/je-veux-un-vrai-sous-titrage.php


Vous avez des questions?
Vous voulez ajouter des informations que j’aurais oublié, ou vous avez des références que vous aimeriez partager? N’hésitez pas à m’en faire part en commentaire!

Si vous avez un projet mais besoin d’aide pour le clarifier, n’hésitez pas à me contacter!